Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

02 août 2017

Le maire de Saint-Jean-de-Cherbourg démissionne

©Photo TC Media – Joël Charest

POLITIQUE. Après avoir occupé le poste de maire de la municipalité de Saint-Jean-de-Cherbourg depuis 2007, Jocelyn Bergeron quitte la vie publique.

Des ennuis de santé ont forcé le maire Bergeron à entreprendre une réflexion ayant mené à sa démission, le 10 juillet dernier. « J'ai pris cette décision pour ma santé, à 68 (et bientôt 69) ans, je vais me concentrer sur la guérison de mes petits bobos. La vie politique, c'est épuisant ! Le timing était bon, à quelques mois des prochaines élections, nous avons une bonne directrice générale et un bon conseil qui sont capables de prendre la relève. D'ailleurs je les félicite et les remercie pour leur excellent travail pendant toutes ces années. »

C'est une véritable page d'histoire qui se tourne dans cette municipalité de 183 habitants située entre Grosses-Roches et Saint-Adelme. Jocelyn Bergeron fait partie intégrante du paysage politique local depuis de nombreuses années.

« J'ai été maire pendant dix ans et avant cela je me suis impliqué durant plusieurs mandats comme conseiller municipal. Je ne pourrais pas dire exactement depuis combien d'années, je ne les compte plus… je les regarde passer ! »

Passionné de plein air et de cuisine, Jocelyn Bergeron compte entreprendre sa retraite en effectuant divers travaux sur sa résidence, profiter des grands espaces et partager du temps de qualité avec sa conjointe. « Mon épouse me disait souvent qu'elle était presque veuve de politique et… elle n'avait pas tort. Les gens ne s'imaginent pas tout le travail que nous devons effectuer pour faire cheminer les dossiers et le temps passé au sein des nombreux comités et initiatives du milieu. »

Au cours de son passage à la mairie, il se réjouit d'avoir convaincu ses collègues de verser des redevances financières provenant des travaux exécutés sur les terres publiques intramunicipales directement aux municipalités concernées. Seulement cette année, Saint-Jean-de-Cherbourg obtiendra environ 44 000 $ découlant de cette mesure qu'il qualifie de gain substantiel. Il est également fier d'avoir réussi à maintenir le service de bureau de poste qui est maintenant offert au bureau municipal.

Le plus grand défi du maire Bergeron aura été d'instaurer l'harmonie à son arrivée au sein du conseil municipal et de calmer certaines divisions dans la communauté. « Dans le dossier de la construction du bureau municipal, ça n'a pas été facile. On voulait récupérer l'école, mais cela coûtait plus cher que de construire en neuf. Plusieurs personnes se sont opposées à la construction, on a passé à travers et aujourd'hui je crois que c'est apprécié de tous. »

Celui qui était l'un des doyens des maires en Matanie affirme laisser une municipalité en santé et souhaite que le développement du parc intergénérationnel se poursuive et que la réfection de la salle communautaire située à la Halte des Montagnes se concrétise.

Préférant la conclusion d'ententes entre les municipalités plutôt que les fusions, Jocelyn Bergeron se désole de constater que les normes imposées par les gouvernements posent un lourd fardeau sur les petites localités.

« Les normes, ça ne finit plus ! C'est ce qui fait mourir les petites municipalités. Ça se décide à Montréal et à Québec sans voir le contexte ni évaluer l'impact sur nos localités, c'est du mur-à-mur. »

À la séance régulière du mois d'août, le conseil municipal de Saint-Jean-de-Cherbourg nommera un conseiller municipal qui occupera le poste de maire par intérim jusqu'aux élections municipales de novembre 2017.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média