Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

17 décembre 2017

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le maquereau de l'Atlantique est dans un état critique

©Photo TC Media - Dominique Fortier

Le Comité sur les espèces en péril au Canada a placé cette année le maquereau bleu de l'Atlantique sur la liste de priorité intermédiaire, une inquiétude partagée par les biologistes de l'Institut Maurice-Lamontagne.

:« Pêches et Océans Canada reconnaît que le stock de maquereau est dans une zone critique de 3e stade depuis quelques années, explique le biologiste, Martin Castonguay. Nous sommes actuellement à développer un plan de rétablissement. »

Selon le biologiste, le déclin d'abondance de l'espère est bien réel et ce constat a aussi été fait chez les voisins américains. Toutefois, les données sont plutôt complexes à recueillir puisque les la pêche d'appât est non-déclarée et  l'abondance des prises estivales n'est pas rapportée non plus. Sans données précises, on évalue tout de même ces prises non-déclarées à plusieurs milliers de tonnes par année.

De plus, on remarque aussi plusieurs groupes ethniques qui se déplacent dans la région afin d'y pêcher l'espèce en grande quantité. Il faut rappeler qu'il n'existe aucune limite de prises quotidiennes tant que le maquereau a une taille d'au moins 26,3 cm.

Dans un rapport publié cette année par Pêches et Océans Canada, on y apprend que le stock de maquereau a atteint son niveau le plus bas en 2012. Pour avoir une meilleure idée de l'abondance du maquereau, on procède à un relevé des œufs présents dans le Golfe du Saint-Laurent. Ainsi, en 2012, il atteignant un minimum historique avec 15 468 tonnes pour ensuite remonter à 52 667 tonnes en 2016. Toutefois, il reste largement en-deçà des indices d'abondance de l'ordre de 750 000 tonnes observées dans les années 1980.

Le biologiste, Martin Castonguay, a bon espoir que les mesures de rétablissement de l'espèce portent leurs fruits mais il n'exclut pas la possibilité que des limites de prises quotidiennes soient imposées. « Chose certaine, il serait bien que de la sensibilisation se fasse pour conscientiser les pêcheurs récréatifs du seuil critique de l'espèce. »

Du côté d'Exploramer, le maquereau a été retiré de la liste des espèces valorisées par son programme Fourchette bleue il y a quelques années.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média