Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

27 octobre 2017

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Il provoque une explosion en tentant de produire de la drogue

©Photo TC Media - Dominique Fortier

Un jeune homme de 20 ans a écopé d'une peine de prison de 21 mois pour de multiples délits dont production de drogues, vol qualifié et liberté illégale.

Lors de son dernier passage au Palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts, Samuel Barriault devait répondre de plusieurs chefs d'accusation qui pesaient contre lui. Premièrement, le jeune homme de 20 ans était accusé d'avoir en sa possession, 37 grammes de cannabis. En novembre dernier, l'accusé aurait tenté de produire de la résine à partir de ce cannabis alors qu'il était à l'intérieur d'un appartement d'un immeuble à logements. L'expérience a mal tourné et une déflagration s'en est suivie. Les pompiers avaient alors retrouvé plusieurs bouteilles de butane sur les lieux. L'explosion n'avait pas produit d'incendie en tant que tel mais avait fragilisé la structure de l'appartement. Atteint par la déflagration, Samuel Barriault s'est rendu à l'hôpital pour y soigner ses blessures.

Le jeune accusé comparaissait également pour une histoire de vol qualifié. On reproche à Barriault d'avoir assené un coup de poing à un homme et de lui avoir subtilisé 20 $. Selon les faits évoqués en Cour, la victime devait de l'argent à la mère de l'accusé, ce qui aurait motivé les actions de Samuel Barriault.

Par ailleurs, le jeune homme de 20 ans a également été jugé pour liberté illégale. Dans cette affaire, l'accusé aurait omis de se présenter à l'établissement de détention pour purger sa peine d'emprisonnement de fin de semaine concernant un autre délit dont il avait été préalablement condamné. À cela s'ajoute des chefs de bris de condition.

Les avocats de la Couronne et de la défense ont suggéré une peine de 21 mois de prison qui a été entérinée par le juge Jules Berthelot qui n'a toutefois pas été tendre avec l'accusé lors du prononcé de la sentence. Le magistrat a répété à maintes reprises qu'il s'agissait d'une peine clémente mais ce dernier a jugé que l'accusé n'était pas encore rendu au stade du pénitencier. « J'espère que vous verrez une petite lumière au bout du tunnel sinon vous connaîtrez l'obscurité du pénitencier. »

©Photo Facebook

L'accusé, Samuel Barriault, a écopé de 21 mois de prison.

Le juge a également remis en doute la parole de l'accusé quant à sa réelle volonté de se reprendre en main et de suivre une thérapie à sa sortie de prison tel que l'ai plaidé son avocat.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média