Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Chroniques

Retour

10 avril 2017

En toute indiscrétion… avec Jérôme Landry

©Photo gracieuseté

PASSIONS. À la tête du conseil de la Ville de Matane depuis 2013, Jérôme Landry est un passionné de la mer depuis son tout jeune âge. Rencontre avec l'homme derrière le maire.

Vous occupez le poste de maire de Matane depuis 2013. Quel élément appréciez-vous le plus dans votre travail au quotidien ?

J'adore avoir la possibilité de rencontrer beaucoup de personnes et plusieurs citoyens. Aussi, le contact avec mon équipe, les employés de la Ville, ça me permet de sentir le pouls réel des Matanais et d'être très à l'affut de tout ce qui se passe. La porte de mon bureau est toujours grande ouverte.

Vous êtes impliqué dans de nombreuses initiatives en lien avec le développement maritime. D'où vient cette passion ?

Je suis né à Sainte-Félicité, nous avions une maison sur le dessus de la falaise sur le bord du fleuve. Dans la cuisine il y avait une grande fenêtre et je me rappelle que, très jeune, mon plaisir était de monter sur le comptoir et de compter les bateaux qui passaient sur le fleuve. À l'âge de cinq ans, j'allais jouer sur les glaces sur le bord de l'eau au printemps… c'était comme la panique pour mes parents ! Le côté maritime me fascine, du côté de mon père j'ai un oncle Gérard qui était pêcheur et maintenant ses deux garçons, Denis et René, sont pêcheurs de crabe. Après mes études à Sherbrooke, je suis revenu à Matane parce que le fleuve me manquait.

Depuis votre arrivée à la tête de Matane, quelle est votre plus belle réussite ?

D'avoir réussi à changer la dynamique au niveau des événements, pour rejoindre davantage les familles, les jeunes enfants, les ados, et leur avoir donné une dimension régionale pour faire rayonner Matane. Je me suis aussi impliqué dans plusieurs comités nationaux, si on veut être parmi les meilleurs, il faut s'impliquer. J'aime bien l'expression suivante : « ceux qui sortent sont ceux qui s'en sortent. »

Que retenez-vous de votre parcours professionnel au niveau de l'administration dans le secteur des sports, du loisir et du tourisme ?

C'est important de bien connaitre nos forces et nos éléments qui peuvent faire une différence au niveau du développement. Il faut être le plus autonome possible face à nos installations de loisirs et de sports et les aider à devenir d'importants moteurs de développement économique, cette vision-là me vient de mon parcours professionnel et est très utile en ce moment.

La vie politique est parfois très prenante. Comment arrivez-vous à concilier vos fonctions avec vos engagements familiaux et privés ?

C'est très important pour moi d'être capable de bien gérer mon énergie et d'arriver en pleine forme au bureau, car les journées sont très chargées. J'essaie de maintenir un équilibre et ça implique d'être capable de décrocher lorsque j'arrive à la maison. Lorsque j'étais conseiller municipal, mes enfants étaient plus jeunes, ils ne voulaient pas venir faire les commissions avec moi parce que c'était toujours plus long que prévu, j'ai toujours aimé parler avec les gens. Maintenait que les enfants sont plus vieux, c'est plus facile au niveau de la famille. Ma conjointe est une personne très autonome qui m'appuie beaucoup là-dedans, elle m'aide à trouver cet équilibre.

Le trait de votre personnalité qui vous distingue ?

Je suis fasciné par la nouveauté et les technologies et j'ai beaucoup d'empathie.

Une habitude dont vous aimeriez vous débarrasser ?

D'être gourmand et de trop manger… mais j'aime ça ! Je ne sais pas si ça me tente d'arrêter, je suis un épicurien.

Qu'est-ce qui vous met hors de vous ?

Je déteste perdre mon temps. Quand je me rends compte que je réinvente la roue dans un dossier alors que la solution existe ailleurs, cela me fruste totalement.

Le bonheur selon Jérôme ?

Être sur le bord d'une plage entouré par ma famille et mes amis; un coucher de soleil; prendre une coupe de vin. Pour moi c'est l'extase totale.

Un rêve à réaliser ?

J'aimerais que l'on bâtisse un projet mobilisateur avec la communauté pour positionner Matane dans les 15 ou 20 prochaines années.

En vrac

Un moment de la journée : Le matin m'énergise

Hiver ou été : Je suis intense durant les quatre saisons

Un passe-temps : Aller en mer

Un plaisir coupable : Cuisiner

Un coup de coeur : L'événement Americana pour l'innovation

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média