Sections

Cap-Chat repensera les hausses de salaires des élus


Publié le 4 juillet 2018

Le conseil de ville de Cap-Chat a annoncé qu'une nouvelle proposition concernant la rémunération des élus serait évaluée au cours des prochaines semaines.

© Photo L'Avantage gaspésien - Dominique Fortier

Les élus de la municipalité de Cap-Chat ont, à nouveau, reporté l'adoption du règlement leur octroyant une hausse de salaire de 40 % à une date ultérieure.

Lors de la séance du 7 mai dernier, un avis de motion avait été adopté concernant l'adoption éventuelle d'un règlement au sujet des salaires des élus. Il était alors proposé que la rémunération de la mairesse grimpe de 17 936 $ à 25 000 $ alors que celle des conseillers passe de 5 978 $ à 8 378 $.

Or, des citoyens ont élevé leur voix contre cette augmentation. C'est notamment le cas de Jean-Guy St-Pierre qui, dans une lettre ouverte envoyée aux élus municipaux et aux médias, dénonçait cet avis de motion. Le citoyen faisait état de la capacité de payer des citoyens de Cap-Chat, mentionnant la hausse de l'évaluation foncière qui a fait bondir plusieurs comptes de taxes de plusieurs centaines de dollars. Jean-Guy St-Pierre se questionnait alors à savoir pourquoi la municipalité n'avait pas ajusté le taux de taxation en conséquence.

Finalement, lors du conseil de ville du 3 juillet dernier, la mairesse Marie Gratton a annoncé que le point portant sur la rémunération des élus était reporté à une date ultérieure. « Nous avons reçu une proposition d'un conseiller afin de revoir notre rémunération. Nous allons prendre le temps de l'étudier et en discuter très sérieusement et nous y reviendrons lors d'une prochaine séance. »

Le conseiller, Richard Émond, a alors pris la parole à son tour. « C'est moi qui a fait cette proposition afin d'amoindrir les augmentations de salaire des élus. Je ne peux malheureusement pas en dévoiler le contenu aux citoyens avant de l'avoir présentée aux membres du conseil. Tout ce que je peux dire est que nous avons entendu les citoyens », a-t-il conclu.