Sections

Les anciens de l'école de métiers de Sainte-Anne-des-Monts se retrouvent 60 ans plus tard


Publié le 10 juillet 2018

Les enseignants et employés de soutien de l'école de métiers se sont réunis pour des retrouvailles, soixante ans après l'ouverture de cette dernière.

©Photo Gracieuseté

Plusieurs anciens membres du personnel de l'école d'Arts et Métiers de Sainte-Anne-des-Monts se sont retrouvés, 60 ans plus tard, à l'actuel centre de formation professionnelle Micheline-Pelletier.

Inauguré à l'automne 1957 dans les locaux actuels du Centre Champagnat, l'école de métiers comptait alors 46 étudiants répartis en deux formations, soit électricité et menuiserie. À l'époque, l'école était dirigée par le directeur Eugène Gervais. On retrouvait quatre enseignants, soit Roger Vézina, Denys Martel, Rodrigue Gobeil et Robert Fontaine âgé d'à peine 19 ans. Au soutien, Pauline Poitras agissait en tant que secrétaire alors qu'Yvon Vallée était à la conciergerie. L'aumônier, Willie Arsenault faisait aussi partie de l'équipe.

D'ailleurs, Pauline Poitras a des souvenirs bien clairs de cette époque. « Nous étions tissés serrés. C'était une ambiance très familiale avec des gens qui se tenaient entre eux. Les professeurs organisaient des activités avec les étudiants. Je me rappelle que c'est à cette époque que le corps de cadets est né. Il y avait aussi une petite ligue de hockey maison et une patinoire qui avaient été mis en place par les enseignants. »

La secrétaire se souvient aussi que les formations se tenaient au sous-sol et que le personnel de bureau devait se débrouiller avec les moyens disponibles. « On pouvait recevoir des appels de l'extérieur mais on ne pouvait pas transférer d'appels. On avait alors un téléphone de l'armée pour communiquer entre nous à l'interne. »

Dès la deuxième année, de nouveaux enseignants s'ajoutaient à l'équipe, soit Régis Garon, Gervais D'Amours, Raynald Dagneau et Paul-Émile Turcotte. Les directeurs Louis Côté et Benoit Jean succèderont aussi à Eugène Gervais à la tête de l'école.

Nouvelles formations

C'est à cet endroit que l'école d'Arts et de Métiers de Sainte-Anne-des-Monts a pris naissance à l'automne 1957.
Photo Gracieuseté

Étant dans des locaux trop petits pour accueillir davantage d'étudiants, le nouveau cours de mécanique automobile était donné à l'ancien garage d'Alphonse Pelletier qui est maintenant le bureau de l'avocat, Jean-François Roy. Puis quelques années plus tard, l'école déménageait sur le terrain où sera construite la polyvalente Gabriel-Le Courtois quelques années plus tard.

D'autres ateliers s'ajouteront, soit soudure et plomberie/chauffage. Malgré une fréquentation respectable de l'école, le ministère de l'Éducation a tranquillement commencé à démanteler les installations. « Ça s'est fait très graduellement. Des ateliers étaient coupés et finalement, tout l'équipement a été vendu. Ce fût très difficile pour le personnel. Il faut se souvenir que beaucoup d'enseignants provenaient de l'extérieur », se rappelle Pauline Poitras.

Soixante ans plus tard, après avoir vécu des retrouvailles similaires il y a huit ans, tous les membres du personnel de l'époque encore en vie, se sont retrouvés au nouveau centre de formation professionnelle Micheline-Pelletier pour une visite. « Nous avons trouvé ça très beau et surtout très grand. C'est beaucoup mieux que ce que nous avions à l'époque. »

Les anciens de l'école d'Arts et de Métiers tenaient à saluer Steven Richard et l'équipe en place pour le chemin parcouru, ne manquant pas de souligner l'apport de l'ex-mairesse de Sainte-Anne-des-Monts, Micheline Pelletier et du maire actuel, Simon Deschênes. « Nous avons été des pionniers et nous sommes maintenant heureux de constater que ceux qui nous ont succédé ont bien rempli le mandat que nous leur avons laissé », concluent les anciens de l'école.