Sections

Le projet de parc des anciens combattants déménage à Rivière-à-Claude


Publié le 14 mai 2018

Un véhicule de type LAV III serait l'élément majeur du parc commémoratif de Rivière-à-Claude.

©Photo Gracieuseté - Forces armées canadiennes

Originalement prévu à Gros-Morne, le projet de parc pour anciens combattants sera plutôt réalisé à Rivière-à-Claude en raison de l'opposition manifestée par certains résidents de l'endroit.

Le projet de parc pour anciens combattants ayant servi lors de la guerre en Afghanistan serait composé d'un véhicule de transport militaire de type LAV III. On y retrouverait également un coquelicot surdimensionné et une plaque commémorative avec le nom des 162 Canadiens qui sont décédés pendant ce conflit. « On veut également qu'il y ait un lieu de recueillement, des silhouettes de militaires avec des citations appropriées ainsi qu’un stationnement pour les véhicules », explique le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, dont le père a servi lors de la guerre de 39-45 ainsi qu'au débarquement de Normandie.

Si le projet était d'abord prévu pour Gros-Morne, celui-ci a rencontré une vive opposition de la part de quelques citoyens qui avaient exprimé leur désaccord lors d'une réunion d'informations autour du projet, craignant qu'un tel véhicule pollue le paysage visuel du village. Voulant éviter la discorde dans la population, le projet a été déménagé à Rivière-à-Claude. Le maire de l'endroit, Réjean Normand, dont le fils Éric sert dans les Forces armées canadiennes, est très enthousiaste à l'idée d'accueillir un tel parc dans sa municipalité. Ainsi, en plus d'être un lieu de recueillement, le fait d'avoir un véhicule militaire d'une telle dimension pourrait devenir un attrait touristique pour le petit village. Un citoyen s'est même engagé à offrir un terrain si le projet se réalise.

Afin de se réaliser, le projet devra compter sur l'appui des deux paliers de gouvernement. D'un côté, une demande officielle de financement de l'ordre de 20 000 $ a été déposée auprès du ministre responsable de la Gaspésie, Pierre Moreau. De l'autre côté, les élus souhaitent obtenir l'appui du gouvernement fédéral à la hauteur de 50 000 $. À cet effet, la ministre, Diane Lebouthillier, a répondu que des représentations étaient faites en ce sens et que le dossier cheminait.

Le préfet Allen Cormier, ajoute que le CLD de la Haute-Gaspésie est également prêt à s'impliquer à la hauteur de 15 000 $. Ce projet estimé à 146 000 $ est une idée du notaire, Jacques Bouchard, de Grande-Vallée.