Sections

La Haute-Gaspésie revient à la charge pour un accès à la pêche au bar rayé


Publié le 12 septembre 2017

La Haute-Gaspésie demande à ce que la pêche au bar rayé redevienne légale dans le Saint-Laurent.

©Photo Gracieuseté - Julien Cabana

La MRC de la Haute-Gaspésie a répété sa demande de l'an dernier afin que le ministère de la Faune se penche sur le dossier de la pêche au bar rayé qui est interdite depuis plus de quinze ans.

Les élus de la Haute-Gaspésie estiment que le temps est venu de permettre à nouveau la pêche au bar rayé. La résolution adoptée à cet effet fait mention de plusieurs prises accidentelles de la part des pêcheurs du coin, prouvant que l'espèce est rétablie dans la portion nord des eaux gaspésiennes.

Par ailleurs, les élus croient que l'offre touristique serait bonifiée si la pêche au bar rayé redevenait légale en Haute-Gaspésie. On parle aussi d'un danger pour les proies naturelles du bar rayé, soit le homard, le saumon et la morue.

Le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, confirme qu'il a rencontré plusieurs pêcheurs qui ont tous le même discours quant à la population croissante de bars rayés et de l'augmentation des prises accidentelles sur le territoire de la MRC.

Ce point de vue est partagé la Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec. La porte-parole, Stéphanie Vadenais, explique qu'une pêche réglementée n'aurait pas d'effet néfaste sur le stock actuel de bars rayés. « Avec une limite bien établie et une sensibilisation sur la remise à l'eau, je crois que l'interdiction pourrait être levée. Nous assistons actuellement à une explosion des prises accidentelles de bar rayés par les pêcheurs de la Gaspésie jusqu'à Montréal. »

Par ailleurs, Stéphanie Vadenais, est également en accord sur le fait que le bar rayé peut poser une menace pour les autres espèces. C'est pourquoi la Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec va plus en loin en proposant que les pêcheurs puissent conserver les prises accidentelles de bars rayés dans les rivières à saumon.

Rappelons qu'après une surpêche dans les années 1960, l'espèce a disparu pour finalement être réintroduite dans le Saint-Laurent en 2000. Lors de la demande présentée l'année dernière par la Haute-Gaspésie pour un assouplissement des règles, on avait évoqué la précarité toujours existante du bar rayé dans le Saint-Laurent malgré un graduel retour à la normale.