L'actualité gaspésienne vue par Gab Joncas


Publié le 1 février 2017

Gab Joncas est un visage très familier pour quiconque fréquente les réseaux sociaux, VrakTV ou Musique Plus.

©Photo Gracieuseté - Sarah Dagenais

YouTubeur, vlogueur, vidéaste, chroniqueur humoristique et rappeur à ses heures, Gab Joncas a su faire sa place sur la toile québécoise et même au petit écran comme en témoignent ses chroniques à l'émission ALT et son récent passage à la revue de fin d'année de Vrak. On a posé quelques questions à l'ami Joncas sur ce qui se passe à l'autre bout de la route 132.

1- Tout d'abord, afin d'amadouer les lecteurs gaspésiens, parles-nous de ton histoire d'amour avec la région.
Mon histoire d’amour avec la Gaspésie remonte à il y a très longtemps parce que mon père est lui-même gaspésien d’origine, ce qui fait que j’ai passé du temps sur la péninsule plusieurs fois par année depuis ma plus tendre enfance et j’en garde de très bons souvenirs. À ce propos, rien ne m'apaise davantage que l’air salin gaspésien... C’est jouissif.

2- Outre les tempêtes et les grandes marées qui font trop régulièrement les nouvelles, quels aspects de la Gaspésie devrait-on davantage parler dans les médias?

C’est cliché mais, les gens qui l'habitent! On y retrouve des personnes accueillantes et généreuses comme nulle part ailleurs qui mériteraient d’être mis en vedette. Il devrait même y avoir une rubrique « Le gaspésien du jour » de façon quotidienne dans les journaux à travers le Québec. J’pense que ça pognerait autant que l’horoscope pis les mots croisés.

Ayant des racines familiales gaspésiennes dans le coin de Newport, Gab Joncas revient régulièrement se ressourcer dans la péninsule, à l'autre bout de la 132.
Photo Gracieuseté

3- Avec un rail quasi inutilisable dans le sud de la péninsule, une route 132 qui s'écroule sous les marées et des vols trop chers entre Gaspé et Montréal, comment règlerais-tu le problème du transport en Gaspésie?

J’pense qu’on devrait prolonger la ligne jaune du métro de Montréal pis rajouter une couple de stations en Gaspésie. La STMG serait vraiment l’option la plus pratique et je pense même que ça pourrait contribuer à mettre fin à l’espèce de petite guéguerre entre les gens de la ville et les gens de région!

4- Que réponds-tu à ceux qui disent que les régions comme la Gaspésie ne font qu'encaisser les subventions du gouvernement et que ses citoyens auraient avantage à déménager vers les grands centres?

Tout d’abord, je trouve ça tellement triste d’entendre des choses comme ça. Moi j’aurais tendance à dire qu’on devrait mettre en place un programme qui vise à encourager les gens des grands centres à déménager vers la région pour renverser l’exode rural. Tel que mentionné plus haut, je pense qu’une des plus grandes richesses de la Gaspésie, c’est son peuple donc… Plus on est de fous, plus on rit!

Gabriel Joncas ou l'âme de l'artiste tourmenté!
Photo Gracieuseté

5- Qu'est-ce que la Gaspésie aurait besoin pour retrouver une vigueur économique? Réélire Nathalie Normandeau, bâtir une deuxième cimenterie ou adopter le demi comme monnaie officielle?

Je suis un grand fan du demi. Je trouve que c’est la chose la plus « badass » (et fondamentalement gaspésienne) que j’ai vue de ma vie. En fait, j’suis surpris d’apprendre que ce ne soit pas déjà la monnaie officielle… Sinon, je crois qu’agrandir le Sea Shack à Sainte-Anne-des-Monts pourrait définitivement faire une différence au niveau de l’économie locale. Ou peut-être faire un trou de plus dans le Rocher Percé pourrait aider à attirer plus de touristes aussi. Comme on dit: un c’est bien, mais deux c’est mieux!

6- Dixie Lee ou Poulet frit Kentucky?

Dixie Lee à 100 miles à l’heure. J’suis entouré de PFK à Montréal et même à ça, je mange plus de fois chez Dixie Lee que chez le Colonel Sanders à chaque année. Ça donne une idée!

Gab Joncas et l'équipe d'ALT (Actualités légèrement tordue) diffusée à Vrak Tv.
Photo Gracieuseté

7- En 2014, on t'a vu faire un road-trip en Gaspésie où tu as passé une soirée en compagnie des frères, Simon et Mathieu Portelance de Cap-Chat. Comment as-tu fait pour les endurer aussi longtemps?

Les frères Portelance sont des êtres profondément sympathiques et tellement attachants. Je les adore de toutes les fibres de mon corps. S’il y avait plus de gens comme eux au Québec, je pense que la province se porterait vraiment mieux (et que le chiffre d’affaire du PFK doublerait). J’pourrais les endurer toute ma vie sans problème!

8- Ayant beaucoup de famille provenant de Newport, estimes-tu être la plus belle chose qui ait pris racine à cet endroit depuis la Bolduc?

Malheureusement, je ne peux pas dire que j’ai pris racine à Newport pour l’instant... Mais qui sait? Peut-être que lorsque le YouTube game et le show business québécois seront loin derrière moi, j’irai trouver refuge dans une petite maison modeste près de l’Anse-à-Blondel pour atteindre le nirvana en contemplant l’île au trésor de mon enfance.

Lequel des deux ne va pas dans le grille-pain?
Photo Gracieuseté

9- Parlons un peu de toi. Quels projets aimerais-tu réaliser cette année et quelles sont tes visées à long terme?

J’ai plusieurs projets personnels que j’aimerais mettre à terme cette année. Ma priorité numéro 1, c’est de faire plus de musique. J’ai d’ailleurs un projet secret sur les planches et j’ai bien hâte de commencer à travailler là-dessus... J’aimerais aussi continuer d’être le plus actif possible sur le web et à la télé et à plus long terme, j’aimerais réaliser une web-série ou un long-métrage. LE GARS Y’ARRÊTE JAMAIS!

10- Que souhaites-tu à la Gaspésie pour l'année 2017?
De devenir aussi populaire que le Beachclub de Pointe-Calumet. Dans un monde idéal, je serais l’animateur d’une émission à ce sujet sur les ondes de MusiquePlus. « Gaspé Everyday! »

En terminant, on vous offre quelques créations signées Gab Joncas, toutes disponibles sur sa chaîne YouTube.