Sections

Les députés gaspésiens dénoncent le démantèlement sauvage des caches de chasse


Publié le 4 avril 2017

Le camp de chasse de François Chiasson a été littéralement réduit en cendres sans que l'emplacement ne soit nettoyé par la suite.

©Photo Gracieuseté - Thierry Haroun

Les députés Gaétan Lelièvre et Sylvain Roy dénoncent la façon dont des caches de chasseurs ont été détruites, sans considération pour l'environnement ou les biens qui se retrouvaient à l'intérieur.

Cette sortie des députés péquistes fait suite à un reportage du collègue Thierry Haroun diffusé à la télévision communautaire de Grande-Rivière, relatant la destruction du camp de chasse de François Chiasson par le ministère des Ressources naturelles (le lien est en milieu d'article).

Ce vieil autobus brûlé par les agents du ministère des Ressources naturelles est toujours présent dans le décor plusieurs années après sa destruction.
Photo Gracieuseté - Thierry Haroun

Tout d'abord, Gaétan Lelièvre explique que des personnes ont reçu des avis à l'effet que leurs installations allaient être détruites, mais qu'il n'y a jamais eu de suites à ces avis. « Les gens pouvaient alors croire que la règlementation n'était plus en vigueur. Mais cet hiver, sans que le gouvernement ne réémette de nouvel avis, les inspecteurs ont procédé à un blitz de destruction, et ce, sans égard à ce qui se trouvait à l'intérieur des installations. Des gens ont perdu des souvenirs et des objets de valeur. »

Le député estime qu'il aurait été moins « sauvage » d'envoyer des effectifs en forêt pendant le temps de la chasse pour aviser les personnes concernées qu'une opération de destruction de leurs caches allait bientôt se produire.  « Il m'apparait évident qu'il y a une orientation politique ministérielle de procéder de la sorte sans égard aux personnes. Dans les années '80, on prenait le temps de sortir les objets de valeur avant de détruire les installations. Ce qui est déplorable est l'application inégale de la règlementation. La Gaspésie est d'ailleurs l'une des régions les plus touchées puisqu'il y a beaucoup de chasseurs et de pêcheurs. »

Ministère imputable

Le député de Gaspé déplore également les dommages environnementaux qui ont découlé de la destruction des caches de chasse. « Il y a du plastique qui a été brûlé et des bidons d'huile qui se sont déversés dans des ruisseaux. Ce n'est pas seulement irrespectueux mais aussi dangereux. Dans le reportage de Thierry Haroun, on aperçoit un vieil autobus brûlé qui a été laissé sur place. D'après moi, le Ministère devrait donner l'exemple. La loi est claire; nul ne doit polluer. Alors, à mon sens, le Ministère doit se plier aux mêmes lois que des entreprises privées et des citoyens. »