Formaldéhyde : Rémi Massé veut une norme plus stricte au Canada


Publié le 17 février 2017

Le député Rémi Massé.

©Photo TC Media – Joël Charest

POLITIQUE. Le député d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé, a présenté hier à la Chambre des communes une motion sur les émissions de formaldéhyde afin de mieux protéger la santé des Canadiens.

M. Massé a profité de ce premier débat en Chambre pour présenter la motion qu’il avait déposée le 8 décembre 2016. L’objectif de cette motion est de doter le Canada d’une réglementation pour limiter les émissions de formaldéhyde provenant des produits de composites à base de bois, similaire à celle qui s’applique aux États-Unis.

Le formaldéhyde est un gaz incolore irritant et une exposition à des concentrations élevées peut causer de graves problèmes de santé. Il provient notamment de la résine utilisée comme adhésif dans la fabrication de panneaux de composite de bois et contreplaqués de bois dur.

Les États-Unis ont annoncé en décembre 2016 un règlement sur l’exposition au formaldéhyde des produits de composites du bois auquel tous les fabricants canadiens devront se conformer avant le 12 décembre pour continuer à vendre leurs produits aux États-Unis. Afin de continuer à exporter au sud de la frontière, les fabricants canadiens ont donc réalisé des investissements afin de respecter et surpasser les normes américaines.

Toutefois, le gouvernement libéral craint que des fabricants étrangers de panneaux de composites qui ne respectent pas ces normes puissent chercher à liquider leurs produits dans ici, en l’absence de normes environnementales aussi strictes que celle adoptée par les États-Unis. Si tel était le cas, l’utilisation des panneaux de composites provenant de ces fabricants pourrait avoir des effets sur la santé des Canadiens qui les achètent.

« L’adoption de mesures protégera la santé des Canadiens des effets du formaldéhyde dans l’air intérieur et appuiera l’harmonisation de la réglementation avec celle des États-Unis », ajoute M. Massé.

Un second débat sur la motion se tiendra dans les prochaines semaines, après lequel les députés devront se prononcer sur son adoption.