Pascal Bérubé veut un débat sur les circonscriptions rurales et urbaines


Publié le 14 février 2017

Le député de Matane-Matapédia et leader parlementaire Pascal Bérubé

©Photo TC Media-Archives

CARTE ÉLECTORALE. Avec les fusions possibles de circonscriptions dans l’air à Québec, le député péquiste de Matane-Matapédia et leader parlementaire Pascal Bérubé souhaite que les parlementaires tiennent un débat sur les tâches et ressources des députés de circonscriptions urbaines par rapport à ceux de circonscriptions en régions dites plus éloignées.

Dans la foulée de la proposition de la dernière refonte de carte électorale de la Commission de la représentation électorale qui ferait disparaître la circonscription urbaine de Sainte-Marie-Saint-Jacques à Montréal et celle de Saint-Maurice en Mauricie, le député de Matane-Matapédia Pascal Bérubé propose un débat sérieux à l’Assemblée nationale sur les réalités et tâches de députés de circonscriptions urbaines et de circonscriptions en milieu rural ou éloigné.

Je suis prêt à avoir un débat sur nos ressources respectives, je n’ai ni d’adjoint ni de recherchiste et je dessers plus de 47 000 électeurs Pascal Bérubé

Il ne cache pas que la baisse démographique a eu un effet considérable dans le choix de reconfigurer la carte et que sa tâche a considérablement augmenté.   

«En 2011, les craintes actuellement vécues dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, nous les avons eu avec la disparition de la circonscription de Matane qui été fusionné avec La Matapédia en raison du choc démographique. Ca nous amène au débat suivant : quelle est la nature du travail d’un député en région par rapport à celui d’un député en milieu urbain, si on tient compte de la démographie et de la grandeur du territoire?» dit-il.

 Et son combat pour la représentativité régionale se poursuit puisqu’il demande toujours à la Commission de la représentation électorale à ce que la dénomination « La Mitis » soit ajoutée à celle de la circonscription actuelle de Matane-Matapédia.

 Des ressources en fonction du territoire

Selon lui, les défis et ressources associés à tous les députés ne sont pas les mêmes, en dépit de toutes les représentations faites à la Commission de la représentation électorale. Par exemple, la circonscription d’Outremont compte 39 000 électeurs et Matane-Matapédia, avec un vaste territoire de 10 000 km carrés, en compte 47 000.  

«Mon travail m’amène à desservir 45 municipalités dans trois MRC, trois bureaux de circonscription avec des enjeux de toutes sortes et un volume important de dossiers. Je suis prêt à avoir un débat sur nos ressources respectives, je n’ai ni d’adjoint ni de recherchiste et il y a des enjeux complexes à traiter », dit-il.  

Si le projet de refonte est retenu, aux prochaines élections québécoises, les Laurentides et Lanaudière compteraient deux circonscriptions supplémentaires et la Mauricie et Sainte-Marie-Saint-Jacques disparaîtraient. 7 des 28 circonscriptions de Montréal seraient modifiées, au terme de cet exercice.