Jean-François Lisée veut redonner les outils de développement aux régions

Publié le 27 juillet 2016

EN COLLABORATION AVEC JOËL CHAREST -  Le candidat à la chefferie du Parti québécois, Jean-François Lisée, entend redonner des outils de développement aux régions s'il est élu Premier ministre du Québec.

« Je suis absolument choqué de constater le démantèlement opéré par le Parti libéral. Il faut cesser cette spirale vers le déclin et pour ce faire, ça prend une volonté politique qui n'existe pas actuellement au gouvernement », confie le candidat Lisée.

À ses yeux, la Gaspésie est très mal servie, autant par des ministres responsables des régions qui viennent de Montréal que par l'inaction du gouvernement sur des dossiers prioritaires. « Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi il n'y a aucune action qui a été prise depuis l'acquisition du rail? Ou pourquoi on a laissé le site de Fort-Prével à l'abandon? »

Le candidat à la chefferie du PQ aborde également le dossier d'Exploramer qui a été malmené au cours des dernières années. « Les dirigeants devraient pouvoir organiser leurs prochaines expositions en toute quiétude en sachant qu'il y a une entente qui assure le financement de l'institution au moins pour les trois prochaines années. Ils auraient ainsi tout le temps nécessaire pour travailler de concert avec le gouvernement pour trouver un cadre financer à long terme. »

Quant à son plan de match global pour la Gaspésie, il voit le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre au cœur de cette stratégie. « Vu l'éloignement de la région, le gouvernement a un devoir d'accompagnement et des actions doivent être prises. Installer le siège social d'Hydro-Québec éolien à Gaspé comme Martine Ouellet le propose et remettre sur pied le comité interministériel pour la Gaspésie sont toutes des bonnes idées à considérer. »

Énergie et santé

Le candidat à la direction du Parti Québécois croit en l'avenir de la filière éolienne en Gaspésie et en Matanie. « En sachant qu'il va y avoir un bas, pendant le creux, nous allons tout faire pour que la filière exporte et que lorsque la vie utile des premiers parcs se termine (dans 20 à 25 ans) et qu'il se renouvelle les entreprises soient au rendez-vous. Ça demande de la planification stratégie », explique Jean-François Lisée, blâmant l'approche libérale en cette matière et reprochant au gouvernement actuel de ne pas avoir orienté les fabricants vers l'international pendant de nombreuses années.

L'avenir des petits centres hospitaliers, comme ceux de Matane et de Sainte-Anne-des-Monts, interpelle celui qui brigue les suffrages tentant de succéder à Pierre-Karl Péladeau à la tête de sa formation politique. « La réforme a été faite dans une volonté de centralisation des pouvoirs aux mains du ministre Barrette. Il va falloir trouver des façons de démocratiser et de se rapprocher des milieux. La dernière chose dont le système de santé a besoin est de rebrasser les structures, nous allons devoir prendre la structure actuelle et la rebrasser, l'améliorer pour tenir compte des besoins locaux.

Gouvernement toxique

Le député de Rosement ne mâche pas ses mots lorsqu'il parle du gouvernement Libéral actuel. « On a eu des gouvernements libéraux moyens dans le passé mais celui-ci est carrément toxique et on doit s'en débarrasser dès la prochaine élection. »

Une fois cette étape réussie, Jean-François Lisée entend mettre la table pour un deuxième mandat en 2022 qui serait celui de la réalisation de l'indépendance. « Je préfère avoir un engagement ferme puisque c'est comme ça qu'on pourra maintenir la mobilisation. Pour ma part, c'est clair qu'on doit être maîtres chez nous. La souveraineté nous permettrait de nous réaliser tout en assurant une saine gestion quotidienne de nos acquis. Les problèmes des quais qui appartiennent actuellement au fédéral seraient réglés beaucoup plus rapidement. »

Quant à l'image qu'il dégage, Jean-François Lisée invite les gens à apprendre à le « connaître au complet ». Il rappelle qu'il est un p'tit gars de Thetford Mines qui a travaillé dans une mine d'amiante, qui a un grand sens de l'humour et qui aime la musique country. »