Des choix déchirants à prévoir pour les MRC

Publié le 28 mai 2015
Gaétan Lelièvre déplore le rôle ingrat qui a été mis entre les mains des préfets de la Gaspésie.
Photo TC Media - Dominique Fortier

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre prévoit que les MRC auront des choix très déchirants à faire s'ils veulent se doter d'une table de concertation régionale.

Le départ de Jean-Guy Poirier de la présidence de la Table des préfets est un indicateur des mois difficiles à venir pour les décideurs régionaux selon Gaétan Lelièvre. « Je connais Jean-Guy depuis fort longtemps. Il a œuvré depuis plus de 40 ans dans le développement régional. Je le comprends d'avoir des inquiétudes pour l'avenir. Son départ de la présidence en dit long sur la situation actuelle. »

Plusieurs problèmes planent à l'horizon pour les préfets, estime Gaétan Lelièvre. « Les budgets des MRC sont grandement diminués et le gouvernement lance des informations contradictoires. Par exemple, les préfets croyaient qu'ils auraient accès au budget résiduel de la Conférence régionale des élus mais visiblement, le ministre a décidé d'inclure cette somme dans l'enveloppe actuelle, causant de la confusion chez les élus locaux. Ça signifie également que les MRC auront moins d'argent l'an prochain. Juste cette année, les MRC devront composer avec une baisse de 250 000 $ à 400 000 $ de leur budget de fonctionnement. »

Peu d'économies et division

Gaétan Lelièvre estime que le gouvernement a acculé les MRC de la Gaspésie au pied du mur en mettant dans les mains des préfets, le choix déchirant de se doter d'une instance régionale sans budget de fonctionnement. « Le gouvernement croyait économiser beaucoup d'argent mais dans les faits, l'exercice de rationalisation avait déjà été fait en Gaspésie. Plusieurs MRC fonctionnaient déjà avec un modèle regroupé avec des directions et des locaux partagés. Ce qui veut dire que l'argent que les MRC décideront de mettre dans une future instance régionale proviendra directement de leur budget local. »

Par ailleurs, le député de Gaspé soupçonne le gouvernement d'utiliser la méthode « diviser pour mieux régner » afin d'affaiblir les régions. « Qu'il s'agisse des anciens conseils d'administration des hôpitaux, des forums jeunesse ou des conférences régionales, la société civile a été effacée de tous les espaces décisionnels. C'est très lourd de conséquences puisque les seules personnes qui n'avaient pas les mains liées pour critiquer le gouvernement ont été tassées. »

Gaétan Lelièvre croit que le gouvernement souhaite un retour à l'esprit de clocher où chacune des MRC ira cogner à la porte du ministre pour faire avancer ses dossiers. « Un préfet serait bien mal avisé de critiquer une décision du gouvernement s'il sait qu'il a un projet important pour son secteur sur le bureau d'un ministre. »

De plus, le député de Gaspé déplore que la région doive fonctionner au ralenti pour les prochains mois. « Sans organisme de concertation régional et toujours en attente d'enveloppes et de directives claires du gouvernement, les élus gaspésiens doivent mettre la pédale douce sur l'ensemble des projets qu'ils aimeraient mettre de l'avant et de toute évidence, ce n'est pas demain que la nouvelle table de concertation sera créée. C'est très dommage puisque la Gaspésie n'a pas les moyens de ralentir son développement. »