Sections

Judes Landry souhaite un cinquième mandat à la mairie de Cap-Chat


Publié le 6 octobre 2017

S'il est élu le 5 novembre prochain, Judes Landry pourrait atteindre les 20 ans à la tête de la ville de Cap-Chat.

©Photo TC Media - Dominique Fortier

Maire de Cap-Chat depuis 2000, Judes Landry affirme ne pas avoir perdu le désir de servir ses concitoyens. C'est pourquoi il souhaite un nouveau mandat de quatre ans afin de mener à terme le travail qu'il a amorcé.

Les 17 années de Judes Landry à la mairie de Cap-Chat ont été marquées par une stabilité économique et une gestion serrée des finances publiques. Les taxes municipales n'ont pas été augmentées au cours du dernier mandat et le maire se réjouit d'avoir épongé entièrement la dette de 850 000 $ dont avait hérité son administration en 2000. « En date du 31 décembre 2016, la municipalité de Cap-Chat avait un surplus de 400 000 $. D'ailleurs, nous n'avons jamais emprunté pour payer notre épicerie », image le maire sortant.

Toujours sur le plan économique, Judes Landry indique qu'il reste un montant de 800 000 $ en subventions que la municipalité pourra utiliser en 2018. L'entente avec Sainte-Anne-des-Monts pour l'utilisation du Centre Claude-Jourdain, l'accord pour partager le salaire du chef de la sécurité incendie à raison de 35 % et l'entente conclue pour que les matières résiduelles soient acheminées à Matane au lieu de Rivière-du-Loup sont d'autres exemples d'économies évoquées par Judes Landry.

Le maire sortant rappelle aussi que depuis son arrivée, Damabois, Orbite et TransAlta se sont ajoutés au parc industriel cap-chatien. « Groupe Lebel se cherche aussi des employés pour un deuxième quart de travail et peine à en trouver. On peut donc dire qu'on a atteint le plein emploi pour les gens aptes à travailler. »

Développement social

Outre l'aspect économique, Judes Landry se dit très engagé auprès de la jeunesse. C'est d'ailleurs pourquoi avoir aidé la Maison des jeunes à s'installer dans ses locaux actuels, il a récemment signé une entente pour que le bâtiment serve toujours aux jeunes, peu importe qui le gèrera.

Le maire Judes Landry et la trésorière Marielle Émond entourés des conseillers Louis-Seize Sergerie, Simon Landry et Régis Soucy.
Photo TC Media - Dominique Fortier

Il rappelle également qu'il avait personnellement intervenu pour conserver l'organisme Enfantaisie et l'aide aux devoirs à Cap-Chat. « Nous pouvons aussi compter sur le seul Centre de pédiatrie sociale du Dr Julien à l'Est de Lévis. J'ai négocié avec la Caisse Desjardins afin d'avoir un local à prix avantageux. »

À cette liste s'ajoute l'embauche de Stéphane Lemieux à la tête de Loisirs Cap-Chat pour augmenter l'offre d'activités dans la municipalité. Le maire souligne également les efforts de l'Office municipal d'habitation de Cap-Chat qui a contribué à une revitalisation du parc immobilier. Finalement, la municipalité a participé à la hauteur de 23 000 $ pour le futur projet récréotouristique à la halte municipale alors que le maire confirme qu'il a sécurisé un montant de 36 500 $ auprès du CLD.

Pour ce qui est des dossiers sur la planche à dessin, l'assainissement des eaux, qui doit être complété pour 2020, est toujours à l'ordre du jour. « Nous avons eu des retards hors de notre contrôle avec les firmes d'ingénierie et les exigences gouvernementales mais le tout chemine bien à l'heure actuelle. »

Il y a également les travaux au Centre Claude-Jourdain qui devrait débuter au printemps prochain ainsi que des réparations importantes au puits no 1, au sous-presseur Côte-des-Neiges et sur la route des Capucins. « Évidemment, il y a des subventions qui nous aideront à réaliser ces travaux », ajoute Judes Landry.

Le maire sortant estime donc qu'il a fait beaucoup pour sa municipalité et entend poursuivre son travail si la population lui accorde sa confiance pour un cinquième mandat. « Je n'ai jamais eu de démission au sein du conseil de ville. Il règne une harmonie autant avec les conseillers que la population. Je demande aux citoyens de Cap-Chat de me donner la chance de poursuivre notre tavail. »