Sections

Harcèlement et intimidation : le maire Dugas pointé du doigt par son conseil


Publié le 13 septembre 2017

Les conseillers municipaux de Les Méchins ont adopté, à la majorité, une résolution ordonnant au maire Alain Dugas de cesser de harceler et d'intimider les employés municipaux ainsi que les membres de son conseil.

©Photo TC Media – Joël Charest

LES MÉCHINS. Les conseillers municipaux de Les Méchins ont adopté, à la majorité, une résolution ordonnant au maire Alain Dugas de cesser de harceler et d'intimider les employés municipaux ainsi que les membres de son conseil.

À la séance régulière du 7 août dernier, le conseiller Gaston Bouchard a proposé l'adoption de cette résolution alors que le maire a utilisé son droit de veto pour s'y opposer et reportant son adoption à une séance ultérieure.

Le maire d'une municipalité peut exercer un droit de veto sur les décisions du conseil en refusant de les approuver. Selon le ministère des Affaires municipales, ce droit est « suspensif », c’est-à-dire qu'il peut être renversé si la majorité absolue des membres du conseil adopte à nouveau la résolution.

C'est ce qui s'est produit, lundi soir dernier, alors que le conseiller Bouchard a réitéré son intention de présenter la résolution 2017-215 intitulée : Harcèlement et intimidation de la part du maire, M. Alain Dugas.

Cette résolution est libellée comme suit : « Que les membres du conseil municipal avisent M. Alain Dugas maire de ne plus faire du harcèlement et de l'intimidation vis-à-vis tous les employés de la municipalité incluant la directrice générale et son adjointe ainsi qu'aux conseillers municipaux. Que la directrice générale est autorisée à envoyer à M. Alain Dugas une lettre à cet effet ainsi qu'une copie de la présente résolution. »

Affirmant n'avoir rien à se reprocher en ce sens, le maire a alors expliqué les motifs ayant mené à l'application de son droit de veto. « Celle-là  je ne la prends pas et d'aucune façon je ne harcèle ou intimide les employés. Je ne sais pas d'où ça part, mais je suis prêt à me défendre en n'importe quel temps. Apportez des preuves, mettez-les sur la table avec des témoins et puis à ce moment-là on pourra parler que le maire a intimidé ou harcelé les employés municipaux. C'est la raison pour laquelle j'ai mis mon veto sur cette résolution-là », a déclaré Alain Dugas.

L'instigateur de la résolution, Gaston Bouchard, a alors proposé l'adoption du document. Son collègue Clément Marceau a affirmé qu'il fallait aller jusqu'au bout des choses dans cette affaire et la résolution a été adoptée à la majorité des conseillers présents.

« Monsieur le maire me refuse le droit de parole, même lorsque j'en fais la demande… Nous sommes en démocratie, ça ne marche pas de même ! Il n'était pas comme ça au début de son mandat, mais là ça fait longtemps que ça dure », explique le conseiller Gaston Bouchard.

Charge à fond de train contre la DG

Quelques minutes après l'adoption de cette résolution, le maire a publiquement réprimandé la directrice générale de la municipalité, Line Fortin. « Admettons que l'on aura quelques commentaires pour la réunion de travail et il va falloir que ça change. On rencontre divers problèmes au niveau de l'administration et ça fait très longtemps et on n’a comme pas le choix, le verbal fonctionne pas, on va y aller par lettre et si ça ne fonctionne pas par lettre, on verra à autre chose […] Ça ne vaut pas la peine de vous parler Madame Fortin, parce que vous n'avez pas amélioré votre travail depuis des années. »

Tentant de mettre fin à l'échange houleux entre la directrice et le maire ayant suivi cette déclaration, le conseiller Gaston Bouchard estime que cette intervention publique n'était pas appropriée.

« Ce n'était pas la place pour ça ! Le public n'a pas d'affaire à ça, ce n'est pas le temps de laver notre linge sale devant le monde ! M. Dugas aurait-il aimé que je fasse son procès en pleine séance du conseil ? », se questionne M. Bouchard.