Sections

« C'est une situation qui est anormale » - François Bertrand PDG de la STQ


Publié le 7 juillet 2017

Le président directeur général par intérim de la STQ a exigé la reconfiguration du système d'alimentation électrique propulsant le F.-A.-Gauthier.

©Photo TC Media – Archives

TRAVERSIER. Réagissant au bris électrique ayant immobilisé le F.A.-Gauthier pendant six heures au large de Matane, le président-directeur général par intérim de la Société des Traversiers du Québec (STQ), François Bertrand, qualifie la situation d'anormale et de regrettable.

Une perte de pouvoir électrique alimentant la propulsion du navire a forcé l'arrêt du F.A.-Gauthier qui est demeuré immobilisé pendant six heures au large de Matane le 1er juillet dernier.

Admettant que des éléments opérationnels ne fonctionnent pas à la satisfaction de la Société, François Bertrand a qualifié l'incident d'anormal. « Il y a des éléments qui dans le cadre de nos opérations ne fonctionnent pas à notre satisfaction; de perdre tout le pouvoir électrique à bord c'est une situation qui est anormale. Je veux adresser mes plus sincères excuses à tous les passagers qui ont été pris à bord du navire pendant six heures ainsi qu'aux usagers qui ont été impactés indirectement par le fait que le navire n'ait pas pu opérer durant les deux jours ayant suivi l'incident. »

Afin qu'une telle situation ne se reproduise, le président-directeur général par intérim de la STQ a exigé la reconfiguration du système d'alimentation électrique de la propulsion du navire.

« Le problème électrique sur le F.-A. Gauthier fait en sorte qu'il affecte également la propulsion du navire, il est d'autant plus important de s'assurer que les sécurités adéquates soient mises en place et là ce n'est définitivement pas à notre satisfaction. Ce n'est pas normal d'être tombé dans un « black-out » complet du navire. Il doit y avoir des dispositifs de sécurité fonctionnant adéquatement, c'est la première chose que j'ai demandée pour ne plus jamais revivre une telle situation. »

Les événements du 1er juillet auront également permis d'accélérer les discussions entre la STQ et General Electric qui s'apprêtent à conclure une entente afin que les spécialistes du manufacturier puissent offrir de l’assistance technique à distance.

« Le technicien a dû partir des États-Unis pour être dépêché à Matane avec les délais que cela peut encourir. Maintenant avec le contrat de support technique, nous serons en mesure de pouvoir faire intervenir les techniciens à distance et nous accompagner dans la résolution de problèmes », explique François Bertrand.

Finalement, monsieur Bertrand veut connaitre en détail l'état du programme d'entretien préventif du F.A.-Gauthier afin de dresser un portrait de la situation.

« Est-ce que l'on est adéquat, est-ce que nous sommes à jour ? J'ai demandé à mon équipe d'agir rapidement pour dresser l'état de situation et rassurer la population. On a quand même un navire que l'on dit fiable, la sécurité est au cœur de notre mission, alors il est important que les actions suivent les écrits », souligne-t-il.

Précisant que le navire assurant la liaison entre Matane et la Côte-Nord est à conception unique, François Bertrand assure que son équipe progresse dans la courbe d'apprentissage et que le F.A.-Gauthier demeure extrêmement fiable. « Ce navire-là appartient à tous les québécois et nous devons travailler sur un élément de fierté, c'est un moteur de développement économique extrêmement important avec une fiabilité de service de 99,5 % et plus. »