Sections

Reconnaissance patrimoniale souhaitée pour le presbytère Saint-Jérôme


Publié le 10 juillet 2017

La Société Patrimoine Matane demande au gouvernement du Québec d'accorder une protection au presbytère Saint-Jérôme en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

©Photo TC Media – Joël Charest

PRÉSERVATION. La Société Patrimoine Matane interpelle le Ministère de la Culture et des Communications du Québec afin que le presbytère Saint-Jérôme-de-Matane obtienne une reconnaissance officielle et soit inscrit au registre du patrimoine culturel.

Conçu par l'architecte Georges-Émile Tanguay en 1886, il est le plus ancien édifice de la Ville de Matane ayant conservé son intégrité d'origine selon l'historien Georgy Bouffard et les membres de la Société Patrimoine Matane.

Le presbytère Saint-Jérôme est en vente depuis le printemps. La Fabrique du Cœur-Immaculé-de-Marie demande 250 000 $ pour se départir de cet immeuble agrandi en 1916 comprenant sept chambres à coucher.

Le possible changement de statut du presbytère, au terme d'une transaction de vente, inquiète Patrimoine Matane qui souhaitait acquérir l'édifice pour la somme symbolique de 1 $ dans le cadre d'un projet de mise en valeur patrimonial et culturel.

« La Ville de Matane a déclaré le presbytère Saint-Jérôme bien culturel en 2004, mais cette mesure ne le préserve pas d'une destruction éventuelle. Seule une intervention gouvernementale, le déclarant monument historique reconnu, pourrait le protéger vraiment. C'est ce qui motive la Société Patrimoine Matane à intervenir en ce sens », précise le président de l'organisme, Raymond Tremblay.

Bien que cette reconnaissance n'empêche pas un particulier d'acquérir l'ancien presbytère, les membres de Patrimoine Matane estiment que cette reconnaissance permettrait de protéger les aspects patrimoniaux intérieurs et extérieurs de l'édifice et du site sur lequel il est érigé.

En vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, le ministre de la Culture et des Communications du Québec a le pouvoir de classer et d'ainsi protéger un lieu ou un ensemble d'immeubles présentant un intérêt pour sa valeur archéologique, architecturale, artistique emblématique ou historique présentant un intérêt public.

Rappelons qu'en avril, les marguilliers de la paroisse du Cœur-Immaculé-de-Marie ont pris la décision de vendre l'ancien presbytère à sa juste valeur marchande. Les autorités paroissiales n'ont pas l'intention de s'en départir pour une somme symbolique, comme l'espérait Patrimoine Matane.