Sections

Des idées pour contrer la baisse démographique en Haute-Gaspésie


Publié le 15 juin 2017

Le forum sur la démographie a permis de dégager plusieurs idées pour rendre la Haute-Gaspésie encore plus attrayante pour les nouveaux arrivants.

©Photo TC Media - Dominique Fortier

Un grand forum sur la démographie se tenait dans le petit village de La Martre dans l'objectif de trouver des solutions pour contrer la baisse constante de population observée dans l'une des MRC les plus dévitalisées de la province.

Un portrait de la situation a été dressé et certains mythes ont été déconstruits, dont celui sur le manque d'emploi. Or, selon le coordonnateur de la Stratégie d'établissement durable des personnes en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, Danik O'Connor, le portrait de l'emploi ne serait pas si alarmant. « On a trop d'emplois en Gaspésie mais aussi à l'échelle du Québec. Le cas de LM Wind Power à Gaspé est un bon exemple. On assiste aussi à un déséquilibre entre la qualité des emplois offerts et la scolarité des gens. »

Ce dernier ajoute que si on arrivait à recruter 50 nouveaux arrivants par année et à en retenir 75 de plus, on pourrait renverser la vapeur et avoir un portrait beaucoup plus reluisant au niveau démographique.

Le directeur général de la MRC de la Haute-Gaspésie, Sébastien Lévesque.
Photo TC Media - Dominique Fortier

Ainsi, une grande variété d'emplois sont et seront davantage disponibles dans l'avenir dû notamment au vieillissement de la main-d'œuvre existante. On parle non seulement d'emplois spécialisés mais également d'emplois ne nécessitant pas de grande scolarité. On remarque également une baisse d'intérêt pour le travail manuel. « GDS à Marsoui cherche des employés et quand je vois les travailleurs forestiers, je n'aperçois pas beaucoup de relève », explique le directeur général de la Haute-Gaspésie, Sébastien Lévesque. Ce dernier est convaincu que les solutions doivent provenir du monde municipal mais aussi des autres paliers de gouvernement. « J'estime qu'il y a déjà énormément de travail qui est fait au niveau municipal. Je ne fais que penser aux crues printanières où des élus des municipalités de l'Est de la MRC allaient eux-mêmes cogner à chaque porte pour s'assurer que tout le monde allait bien. Mais on ne peut pas tout faire tout seul. »

Le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, abonde dans le même sens. « L'enjeu de la démographie, c'est l'affaire de tous. Chaque personne dans la communauté a son rôle à jouer et peut faire une différence. À la fin du forum, les participants étaient d'ailleurs invités à inscrire leurs noms sur un tableau pour signifier leur degré d'engagement. »

Des idées à la pelletée

Les nouveaux arrivants étaient aussi invités à s'exprimer via focus groupe avant la tenue de l'événement. On leur a demandé ce qu'ils aimeraient voir en Haute-Gaspésie pour rendre le milieu attractif. La question a aussi été posée aux gens présents au forum. La problématique du transport a été soulevé eautant au niveau local que longue distance. Toujours dans cette optique, l'état des routes et le déneigement des trottoirs ont été soulevés.

L'offre de formation doit être bonifiée selon eux tout comme l'offre de services dans l'Est de la Haute-Gaspésie. Le tourisme doit être davantage viré sur l'événementiel et l'image de la MRC doit être embellie.

D'autres propositions plus ambitieuses ont aussi été lancées comme un incubateur d'entreprises ou un fonds destiné au développement, un peu à l'image du FIDEL en Matanie. On a également mentionné le développement d'une marina où les gens pourraient louer des embarcations, se baigner et suivre des cours. Les relations intergénérationnelles ont aussi été mises de l'avant.

Il a même été question de créer un village-vacances dans d'ex-villages qui deviennent fantômes et développer (ou redévelopper) des expertises comme la mariculture, la culture d'huitres et l'agriculture. Et tant qu'à y être, pourquoi pas des projets du type « La course destination monde » ou même « L'amour est dans le pré ».

Laurent Normand de Cusimer à Mont-Louis s'est adapté en offrant des plages horaires flexibles pour ses employés qui ont des enfants. Pour lui, l'enjeu de la rétention passe aussi par un milieu de travail attractif.

Des gens en mode action

 Les deux « madames accueillantes » de la Haute-Gaspésie, Pascale Landry et Christine Normand ont martelé sur le fait que du travail concret se réalise déjà sur le terrain. « Ça fait des années qu'on met des mesures en place pour stimuler la démographie. Ce forum venait ajouter aux idées déjà en place mais également d'inciter les gens à s'engager concrètement dans leur milieu. »

Pour Pascale Landry, la mobilisation est l'affaire de tous. « Bien des gens ne sont pas conscients qu'il y a beaucoup de choses qui sont déjà implantées. C'est aussi la responsabilité de tous de se tenir informés sur ce qui se passe chez nous. Il faut aussi donner une image positive de chez nous. »

Frédérick DeRoy
Photo TC Media - Dominique Fortier

Christine Normand croit également que l'image de la Haute-Gaspésie doit être présentée de façon positive par l'ensemble des citoyens. « C'est la meilleure façon de valoriser notre territoire qui est déjà attrayant, ne serait-ce que par sa situation géographique. Dès cet automne, la nouvelle image de marque de la Haute-Gaspésie sera présentée ay grand public. »

Frédérick DeRoy, un participant et citoyen engagé dans son milieu, résume bien ce que plusieurs personnes croient depuis longtemps. « Le discours misérabiliste nous mène nulle part. Comment pouvons-nous espérer attirer du monde si on répète à qui veut bien l'entendre que nous sommes pauvres et que nous faisons pitié? C'est plutôt en misant sur nos bons coups et nos forces que nous attirerons des nouveaux résidents chez nous. »

 

Pascale Landry et Christine Normand ont présenté les outils qui sont déjà utilisés pour favoriser l'accueil des nouveaux arrivants.

©Photo TC Media - Dominique Fortier