Sections

Une meilleure politique de déplacement des patients est exigée par les MRC gaspésiennes


Publié le 13 juin 2017

Le conseil des maires de la Haute-Gaspésie souhaite que le CISSS-Gaspésie ajuste le tir en ce qui a trait au déplacement des usagers qui doivent obtenir des soins de santé à l'extérieur de la région.

©Photo TC Media - Dominique Fortier

Les MRC de la Haute-Gaspésie et de la Côte-de-Gaspé unissent leurs voix pour demander au CISSS-Gaspésie de revoir sa politique de déplacement pour les patients qui doivent parcourir de longues distances pour obtenir des soins essentiels à leur santé.

La MRC de la Côte-de-Gaspé a été la première à adopter une résolution stipulant que 0,13 ¢/km est nettement insuffisant pour les patients qui doivent se déplacer, souvent plusieurs fois par semaine.

Les élus de la Côte-de-Gaspé sont aussi d'avis que l'indemnité de 75 $ pour couvrir l'ensemble des frais d'hébergement et de repas est nettement insuffisante, spécialement pour des personnes à faible revenu.

Le cas de la Gaspésie est assez probant puisque bon nombre de patients doivent régulièrement se rendre à Rimouski et même à Québec pour recevoir des soins spécialisés. Le cas de la radiothérapie pour les patients atteints de cancer est un exemple.

Du côté de la Haute-Gaspésie, le cri du cœur de Cyrille Gibeault a été entendu par les élus locaux. Ce dernier avait promis de poursuivre le combat pour davantage d'accessibilité à des soins de santé. Cet objectif passait inévitablement par une meilleure politique concernant les frais de déplacement. Le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier est d'avis que cette revendication est légitime. « Tous les patients devraient avoir droit aux mêmes soins sans devoir se ruiner. C'est dans cet élan que nous joignons notre voix à celle de la MRC de la Côte-de-Gaspé. »

Comité de travail

 Interrogé il y a quelques semaines, le responsable du comité de révision au CISSS-Gaspésie, Jean-François Sénéchal, avait expliqué que la politique actuelle sur les déplacements des patients n'a jamais eu pour but de rembourser à 100 % les frais encourus mais bien d'offrir un soutien financier partiel.

Le CISSS-Gaspésie avait également mentionné que les ressources financières de l'organisation étaient limitées. Il avait toutefois souligné qu'une analyse était actuellement en cours et que le fruit de celle-ci serait présenté au public à l'automne.