Sections

Le PQ veut prendre un virage vert

Publié le 13 juin 2017

Le conseil national du Parti québécois réuni en fin de semaine dernière.

©Photo gracieuseté

CAUCUS NATIONAL. Le président régional du Parti québécois, Vincent Couture, se réjouit du virage vert que le chef Jean-François Lisée souhaite faire prendre au parti.

Des délégués de Matane-Matapédia, à l'avant-plan. De gauche à droite : Damien Ruest, Florent Morin, président de l'exécutif de la circonscription, Marcelline Gauthier et le député Pascal Bérubé. On reconnait également le député de Rimouski Harold Lebel, dans la 2e rangée, au centre.
Photo gracieuseté

« En construisant des panneaux solaires, des éoliennes, en utilisation la biomasse pour éviter le recours aux hydrocarbures, en ayant recours au bois traité dans les constructions à étages, nous pourrons relancer l’économie du bois et s’assurer d’un Québec plus vert. Qui plus est, notre chef est déterminé à prendre tous les moyens possibles pour ne pas laisser passer l’oléoduc TransCanada, un projet qui est un risque pour la sécurité de plus de 3 millions de Québécois » soutient dans un communiqué le président régional, qui participait en fin de semaine dernière au conseil national extraordinaire du parti en compagnie d'autres délégués de la région.

Le  renouvellement de nos exécutifs locaux et régionaux ces derniers mois a permis un nouvel équilibre intergénérationnel, où les moins de 40 ans occupent au moins le tiers des sièges.

Vincent Couture

Sur les propositions découlant des consultations menées par Paul Saint-Pierre-Plamondon, visant à augmenter le nombre de personnes de moins de 40 ans, celles issues de la diversité culturelle et les entrepreneurs, M. Couture souligne que : «Le  renouvellement de nos exécutifs locaux et régionaux ces derniers mois a permis un nouvel équilibre intergénérationnel, où les moins de 40 ans occupent au moins le tiers des sièges, le tiers des présidences, 40 % des présidences régionales et plus de 40 % des délégués au prochain congrès. » 

« Le Parti québécois a plus de membres que tous les autres partis réunis, il est le premier en terme de financement populaire et il est celui qui compte le plus de membres jeunes » ajoute Vincent Couture.

 

Les délégués ont aussi pu prendre connaissance de la feuille de route pour l’accession à l’indépendance qui avait été convenue entre le Parti québécois, le Bloc québécois, Option Nationale et Québec Solidaire sous l’égide des OUI (Organisations unies pour l'indépendance) Québec. À l'instar d'autres ténors péquistes, Vincent Couture juge « déplorable que Québec Solidaire ait renié sa signature et refusé de présenter cette entente à ses membres. »

Selon le président régional, le Parti québécois est le mieux placé pour relancer le Québec : « La clé de la relance du Parti québécois et du Québec, dans un contexte d’engourdissement politique et social, est sans aucun doute les 90 000 membres du parti. Ces milliers de membres doivent être convaincus de la nécessité d’agir et de la capacité du Parti québécois de remettre le Québec sur le chemin de la prospérité et de son épanouissement, lequel chemin mènera forcément à son indépendance » estime en outre Vincent Couture.