Des dizaines de nouvelles espèces répertoriées dans la Réserve Matane

Publié le 2 septembre 2016

Au terme d'une expédition dans la réserve faunique de Matane regroupant huit spécialistes de la biodiversité, ceux-ci ont été en mesure d'inventorier des dizaines de nouvelles espèces qui y habitent.

L'équipe de spécialistes était composée de Jean Faubert et Pierre Lévesque, experts en plantes bryophytes, Jacques Larivée, spécialiste des papillons et Christian Grenier, expert en plantes vasculaires. Ils étaient accompagnés du trappeur Gaétan Caron et des spécialistes en ornithologie, Claude Gauthier, Louis Fradette et Pierre Fradette.

Il s'agissait d'un troisième inventaire réalisé dans les Chic-Chocs de la réserve faunique de Matane. « Nous avons été en mesure d'identifier plusieurs plantes qui n'étaient pas sur la liste des espèces connues dans la réserve. Par ailleurs, les ornithologues ont également fait de belles trouvailles, dont la présence inusitée d'une sterne pierregarin qu'on ne voit pas habituellement loin des mers », raconte Louis Fradette.

Quant aux chasseurs de papillons, ils ont été en mesure d'ajouter une trentaine d'espèces à leur liste. Une noctuelle grise de l'épinette, espèce plutôt rare dans les secteurs à faible élévation, a aussi été observée pendant le périple.

Les spécialistes qui agissaient tous à titre bénévole ont pu compter sur la collaboration de la SÉPAQ, la réserve faunique de Matane, Mountain Equipment Corp et Venant Caron.

L'expédition avait pour objectif de recenser des espèces dans certains lieux bien spécifiques comme la tourbière du Mont Bayfield, l'étang Tallard, un escarpement du Lac Matane ainsi que les tourbières du bassin hydrographique du ruisseau Beaulieu.

Le but ultime pour le Comité de protection des Monts Chic-Chocs est que le gouvernement déclare cette zone de 540 km comme étant une aire protégée en raison de sa grande biodiversité. Des démarches citoyennes en ce sens sont en cours depuis maintenant huit ans.