Une chaîne humaine à Victor-Côté pour protéger l’école publique

Publié le 1 octobre 2015

MANIFESTATION. Près d’une centaine de parents accompagnés de leurs enfants, d’enseignants et de professionnels en éducation ont « protégé » symboliquement l’entrée de l’école Victor-Côté à Matane, une trentaine de minutes avant le début des classes jeudi.

En formant une chaîne humaine, ils voulaient ainsi manifester leur opposition aux compressions budgétaires annoncées par le gouvernement libéral de Philippe Couillard au réseau de l’Éducation. Ce qui se traduirait, selon eux, par une diminution des services à l’école publique.

Contre la diminution de services

« Nous craignons une augmentation du nombre d’élèves par classe et la diminution des services spécialisés. Ce qui augmenterait notre tâche et nuirait à la réussite de nos élèves », souligne l’enseignante en maternelle 4 ans, Amélie Charest.

Comme parent et conjoint d’une enseignante au Cégep, Sébastien Leblanc souhaite un contexte d’apprentissage favorable pour les tout-petits. « Dans une communauté, dit-il en substance, l’école est une étape importante dans leur développement jusqu’à leur arrivée sur le marché du travail et la vie publique. »

Organisé par le regroupement « Je protège mon école publique! », l’événement s’est reproduit dans nombre d’écoles un peu partout au Québec, regroupant des parents, élèves, professeurs et citoyens. Il exige un financement « adéquat et stable » du réseau d'éducation publique primaire et secondaire au Québec.